Lexique #cplusclair :
la méthode 8D pour systématiser l’éradication des problèmes

5 nov. 2018
Lexique : la méthode 8D

Parmi les nombreux outils qualité et méthodes de résolution de problèmes, la méthode 8D (appelée aussi 8 Do ou 8 Disciplines) semble être la plus complète. En effet, elle oblige à dérouler un processus rigoureux pour éradiquer les causes de la non qualité. Son objectif est double : réagir rapidement à un problème et supprimer les causes racines à long terme.

À l’origine, ce processus d’amélioration continue est issu d’une méthode militaire déployée lors de la Seconde Guerre mondiale par les Américains. Mais c’est la Ford Motor Company qui l’a remise au goût du jour aux alentours de 1987.

Objectifs et cadre de la méthode 8D

La méthode 8D est une démarche qualité qui a pour but d’éradiquer les problèmes au sein d’une organisation. Elle s’appuie sur l’expérience des acteurs concernés par le problème et tire son efficacité de son aspect collaboratif. Elle peut ainsi être utilisée pour gérer des problèmes inter-processus, des problèmes interservices voire des relations clients/fournisseurs.

Les objectifs de la méthode 8D sont de systématiser la résolution de problèmes en travaillant en équipes transversales et pluridisciplinaires. Elle favorise ainsi l’amélioration continue et pérennise les résolutions de problèmes ponctuels.

La méthode 8D fournit ainsi un cadre standard et formalise les processus de gestion des problèmes inattendus pour être certain de remonter systématiquement jusqu’aux causes profondes et s’assurer de les éliminer pour ne plus les voir réapparaître. Les solutions qui en découlent sont continuellement améliorées et servent de modèles pour capitaliser sur l’expérience acquise.

Méthode 8D : quelles sont les 8 actions ?

Comme son nom l’indique clairement, la méthode 8D repose sur 8 étapes à suivre scrupuleusement, les unes après les autres, sans en négliger aucune.

1DPréparer le processus 8D

  • Mettre en place une équipe qui a les compétences, le temps et l’autorité nécessaires à la résolution du problème.
  • Désigner un animateur et un rapporteur au sein de l’équipe.
  • Clarifier les objectifs et les responsabilités.
  • Présenter la méthodologie.

2DDécrire le problème

  • Utiliser la méthode QQOQCP pour définir le problème.
  • Préciser les enjeux.
  • Identifier les contraintes.

3DIdentifier et mettre en place les actions immédiates

  • Définir les actions curatives (qui corrigent le problème dans l’immédiat sans s’attaquer à ce stade aux causes racines).
  • Mettre en place ces actions curatives.
  • Mesurer l’efficacité du plan d’actions.
  • Profiter de cette étape pour approfondir la compréhension du problème.

4DIdentifier les causes profondes

  • Identifier toutes les causes potentielles du problème (à l’aide du brainstorming, des 5 P ou du diagramme d’Ishikawa).
  • Vérifier chacune d’entre elles à l’aide de tests ou au regard des données disponibles.
  • Identifier toutes les causes assignables.
  • Définir les actions correctives alternatives aux actions immédiates pour éliminer les vraies causes.

5DValider et mettre en place les actions correctives permanentes

  • Organiser le travail au sein de l’équipe en fonction des compétences requises.
  • Confirmer que l’action corrective sélectionnée résout bien le problème (tests et expériences à l’appui).
  • Déterminer les critères de validation des solutions (coût, moyens matériels ou humains, délai, impact, etc.).
  • Planifier la mise en place des actions.
  • Organiser un suivi de la mise en œuvre des actions.
  • Suivre l’évolution.

6DMesurer l’efficacité des actions correctives permanentes

  • Évaluer les résultats à l’aide de tests, d’expériences ou de contrôles.
  • Si les objectifs ne sont pas atteints, réunir de nouveau l’équipe 8D pour analyser les raisons de cet échec et entreprendre les nouvelles actions qui s’imposent.

7DPrévenir toute récidive en standardisant les actions d’amélioration

  • Identifier les possibilités de renouvellement du problème dans le futur.
  • Définir des actions préventives de contrôle ainsi que des mesures et indicateurs pour les vérifier.
  • Actualiser la documentation interne (procédures, instructions, modes opératoires, organigrammes, etc.).

8DFéliciter l’équipe

  • Féliciter les collaborateurs pour leur participation et les efforts collectifs déployés.
  • Reconnaître les efforts et le temps dépensés par les participants.
  • Identifier les apprentissages réalisés au cours du projet (les bons résultats comme les difficultés rencontrées).
  • Communiquer en interne afin d’encourager l’utilisation de la méthode et de motiver les équipes.

La méthode 8D en synthèse

La méthode 8D se concrétise souvent par un rapport 8D qui reprend en un seul document synthétique l’apport des 8 étapes dont on peut trouver de nombreux exemples sur internet.

En résumé, il faut garder en tête que la méthode 8D est rigoureuse et s’applique parfaitement à des problèmes complexes. Elle est avant tout collaborative et il ne faut négliger aucune étape ni céder à la facilité en se laissant emporter par les causes « évidentes ».

Enfin, la mesure de l’efficacité et des résultats est primordiale pour pérenniser les actions et ainsi éradiquer définitivement les problèmes.

Si vous souhaitez connaître toutes les bonnes pratiques pour réussir vos plans d’actions, n’hésitez pas à télécharger notre Ebook :