Lexique #cplusclair :
le principe de Pareto ou la Loi de Pareto et la règle des 20/80

1er oct. 2020
La loi de Pareto appliquée à la gestion de projet

Tout le monde a déjà entendu parler de cette fameuse Loi de Pareto, un principe récurrent où l’on constate que 80 % des résultats sont le fruit de 20 % des actions ou, vu différemment, que 20% des causes produisent 80% des conséquences.

La Loi de Pareto nous invite en effet à identifier les actions dont les impacts seront les plus significatifs et elle peut s’appliquer à tous les domaines : qualité, amélioration continue, gestion de projet, innovation, etc. Mais à en croire la multiplication des projets de transformation dans les organisations, elle n’influence pas encore suffisamment la gestion des priorités. Découvrez dans cet article comment vous pourriez améliorer facilement votre gestion du temps et la pertinence de vos actions.

La Loi de Pareto : définition

La loi de Pareto tire son nom de son inventeur, l’économiste et sociologue italien Vilfredo Pareto, qui avait réalisé au début du XXème siècle une étude sur la répartition des impôts démontrant que 20% des contribuables payaient 80% de la recette et l’a ensuite étendu à une déduction plus générique : 20% de la population détenaient 80% des richesses. La loi des 20/80 dite « Principe de Pareto » était née.

Depuis, ce principe a été testé et décliné dans des formules mathématiques utiles à bien d’autres domaines car ses applications sont multiples : économie, stratégie commerciale, gestion des ressources humaines, production, vie quotidienne, etc. Dans le domaine de la qualité, c’est à Joseph Juran que l’on doit son application car il estimait que 20% des actions produisent naturellement 80% des résultats.

Avec les années, le principe de Pareto s’est installé progressivement dans le paysage pour devenir un outil d’analyse universel qui figure désormais dans toutes les boites à outils des managers. En effet, sa simplicité favorise les prises de décision fondées sur le bon sens et une vision pragmatique, permettant ainsi de prioriser en distinguant ce qui est important de ce qui est secondaire, par exemple :

  • 20% des clients rapportent 80% du CA,
  • 80% des réclamations proviennent de seulement 20% des clients,
  • 20% de l’activité produit 80% de la valeur ajoutée,
  • 80% du temps passé est consacré à seulement 20% des tâches d’un projet,
  • Et ainsi de suite…

Bien entendu, la loi de Pareto n’est pas une science exacte. Elle pourra parfois être ajustée dans ses proportions (75/25, 60/40) et surtout, elle n’induit pas forcément la suppression des 80% de tâches qui ne produisent que 20% des effets.

Le diagramme de la Loi de Pareto

Pour pouvoir appliquer cette loi efficacement, on utilise le diagramme de Pareto qui a été inventé par Joseph Juran. Ce diagramme permet de représenter graphiquement les différentes causes et effets afin de mettre en évidence les éléments déterminants sur lesquels agir.

Le diagramme de Pareto aide ainsi les décideurs à se représenter clairement et visuellement les problèmes essentiels et les actions prioritaires pour les résoudre. Au lieu de se focaliser sur des points de détails, qui vont potentiellement coûter cher en temps et en investissement avec un résultat peu visible, la Loi de Pareto permet d’identifier très rapidement les points clés et surtout, de se focaliser sur les bonnes actions.

Pour mieux comprendre comment construire un diagramme de Pareto, nous vous conseillons de regarder le tutoriel de Christian Hohmann sur le sujet :

Le principe de Pareto appliqué à la gestion de projets

Aller à l’essentiel en évitant un gaspillage de temps et d’énergie est le sacerdoce de tout chef de projet. La loi de Pareto et la règle des 80/20 est en ce sens une méthode d’arbitrage entre les différentes tâches concurrentes, au sein d’un projet ou d’un portefeuille de projets, qui permet d’éviter certains écueils et d’obtenir rapidement plusieurs bénéfices :

  • Prioriser les bons projets et/ou les bonnes tâches qui serviront mieux la stratégie de l’entreprise selon le principe « Do the right thing AND do things right »,
  • Communiquer plus rapidement sur des résultats obtenus pour motiver les collaborateurs,
  • Réussir à mener à bien les projets sans retard ni surcoût.

Dans un contexte économique tendu, les entreprises ont tendance à lancer simultanément une multitude de projets visant à renforcer leur compétitivité mais entraînant malheureusement des pertes de temps récurrentes voire un certain désengagement des collaborateurs qui subissent une véritable pluie de météorites. Elles devraient plutôt s’inspirer de la Loi de Pareto pour identifier et prioriser les tâches et projets qui conditionnent 80% de la performance de l’organisation.

Vous souhaitez améliorer votre gestion des projets de transformation ? Découvrez les conseils concrets du cabinet Adix et des bonnes pratiques en la matière en téléchargeant notre avis d’expert :