Bienvenue sur le site de Humanperf !

Avant de poursuivre, nous devons vous informer que ce site utilise des cookies pour vous garantir une navigation optimale, réaliser des statistiques de visites et vous proposer du contenu adapté à vos centres d’intérêts.
En savoir plus...

Paramétrer d’abord

Innovation participative en entreprise : notre dossier complet pour réussir

Une entreprise où il n’y a pas d’idées, ça n’existe pas. Ces idées sont une source inépuisable d’innovation et de progrès, et de plus en plus d’entreprises s’organisent pour exploiter ce gisement.

L’innovation participative (ou innovation collaborative) désigne un dispositif qui permet aux collaborateurs de remonter leurs idées, de façon individuelle ou collective. Ces idées peuvent atterrir (au risque de se perdre) dans une bonne vieille « boite à idées », ou dans une plateforme comme IDhall, pensée pour faciliter la collaboration autour des idées et leur traitement de bout en bout. Chez Humanperf, c’est notre métier depuis 20 ans.

Chaque opportunité non saisie est une perte pour l’organisation et donne aux concurrents des marges de manœuvre.
Benoît Brulant – Fondateur de Humanperf Software

Certaines organisations savent libérer la parole de leurs salariés, peu importe la fonction qu’ils occupent. De cette confiance émerge un flux continu d’idées qui vient améliorer la performance, transformer l’organisation, sécuriser ses processus, et soutenir l’innovation.

Les idées émises s’inscrivent le plus souvent dans une logique de « petits pas » : ces petites améliorations qui, mises bout à bout, vont générer des progrès majeurs dans l’entreprise. Mécaniquement, par la quantité d’idées captées, l’innovation participative va également produire des solutions inédites, des produits ou des services étonnants, des économies et des gains financiers parfois renversants.

Aux antipodes de l’obsolète boite à idées, l’innovation participative nécessite une démarche structurée pour favoriser la participation, mais aussi la collaboration des collaborateurs entre eux, et s’appuie sur des méthodes et des outils éprouvés.

En complément de notre article sur les facteurs clés de succès pour accélérer l’innovation dans l’entreprise, voici notre dossier complet nourri d’exemples de démarches d'innovation participative réussies. Qu’est-ce que l’innovation participative, comment la mettre en place, comment stimuler l’innovation.

Innovation participative : définition

L’innovation participative est, avant tout, une méthode de management qui vise à faciliter l’émergence d’idées, leur collecte, leur analyse et leur mise en œuvre au sein d’une démarche vertueuse qui valorise les équipes.

Qu’il s’agisse de véritables innovations ou d’améliorations, chacun peut devenir acteur du changement dans son entreprise. Certaines organisations parlent alors de « collabor’acteurs ».

Les entreprises audacieuses qui valorisent leur capital humain, qui reconnaissent chaque collaborateur comme une source d’innovation et de progrès, sont indéniablement mieux armées que les autres pour relever les challenges d’aujourd’hui et de demain.

Les vertus de l’innovation participative sont nombreuses :

  • Soutenir la stratégie globale de l’entreprise,
  • Générer des économies ou des gains financiers,
  • Développer l’implication, l’engagement, la motivation, la reconnaissance des collaborateurs,
  • Développer la coopération grâce à un management plus participatif,
  • Augmenter la qualité de vie au travail,
  • Contribuer à la transformation des entreprises.

En bref, l’innovation participative permet de créer de la valeur, à tous les étages.

Définition de l’innovation participative

Innovation participative : quelle méthode pour (vraiment) créer de la valeur ?

L’innovation participative ne se limite pas à la simple collecte des idées. On pourrait même dire que les ennuis commencent dès qu’elles arrivent. Chaque nouvelle idée va induire des activités et des traitements complémentaires pour l’approfondir, l’expertiser, l’analyser, la prioriser et la mettre en œuvre.

Les différentes méthodes d’innovation participative s’appuient toutes sur les cinq fondamentaux suivants, de la collecte à la communication, en passant par la gouvernance du dispositif.

1Stimuler les idées, et les collecter

Deux possibilités, ici : l’innovation spontanée et l’innovation provoquée.

L’innovation spontanée permet aux collaborateurs de proposer leurs idées tout au long de l’année et au fil de l’eau. C’est particulièrement adapté pour la chasse aux irritants, les dispositifs d’intrapreneuriat et les thématiques de fond, récurrentes, comme l’amélioration de l’expérience client ou de l’expérience collaborateur.

Cela sous-entend d’avoir une organisation bien rodée pour accompagner le « cycle de vie » de l’idée, de bout en bout, jusqu’à sa mise en œuvre ou… sa mise à l’écart.

L’innovation provoquée est généralement limitée dans le temps. Il s’agit de solliciter les équipes sur un temps fort dédié à une thématique précise et ponctuelle. On parle aussi de challenge, d’appel à idées ou encore, de « hackathon », de quête de trophées… L’innovation provoquée est particulièrement pertinente si l’organisation n’a pas les moyens - ou les ambitions - de mettre en place une démarche permanente d’innovation participative. C’est un excellent moyen de mobiliser les équipes sur une durée déterminée, « sans engagement ». C’est aussi une manière de mettre le pied à l’étrier et de passer ensuite à un système permanent pour collecter l’ensemble des idées qui se présentent.

Sur le terrain, de nombreuses entreprises et collectivités pratiquent les deux approches : une démarche au long cours et des opérations ponctuelles.

Dans les deux cas, la collecte, mais surtout la centralisation des idées au sein d’une plateforme dédiée, permet d’améliorer leur visibilité et de créer de l’émulation entre collaborateurs, avec des mécanismes de votes et de contributions.

2Évaluer les idées des collaborateurs : analyser, approfondir, expertiser et décider

Les idées sont rarement applicables immédiatement. Certaines méritent d’être approfondies par l’auteur. D’autres sont à enrichir. Elles nécessitent d’appeler en renfort un ou plusieurs experts au sein de l’organisation.

Il s’avère aussi que toutes les idées ne sont pas bonnes à prendre : il faut tenir compte de l’existant, des projets déjà en cours et des éventuelles redondances. Autant d’éléments qu’il faudra porter à la connaissance des collaborateurs qui auront émis l’idée écartée, pour ne pas décourager.

Et face à la profusion d’idées, comment prioriser ?

Seules des analyses d’opportunités permettent de choisir, objectivement. Des critères précis doivent donc être définis en amont. Ils permettent d’apprécier les gains potentiels de l’idée au regard des efforts qui vont être nécessaires à sa mise en œuvre.

3Mettre en œuvre les idées des salariés

Nous y sommes : des idées sont « approuvées ». Il faut maintenant engager les ressources nécessaires pour les réaliser.

Dans la cadre d’un dispositif très ouvert, les idées qui remontent sont nombreuses, mais surtout, elles sont de complexité variable. Certaines sont applicables simplement, d’autres nécessitent un peu de coordination entre équipes, d’autres enfin ne pourront faire l’économie d’une approche projet adaptée pour maximiser leurs chances de succès.

C’est sur cette typologie d’idée que les organisations pèchent le plus souvent, faute d’avoir anticipé les ressources et les moyens nécessaires à la bonne exécution des projets qui en découlent. Les équipes n’arrivent tout simplement pas à trouver le temps (la « bande passante ») pour mettre en œuvre les idées, aussi prometteuses soient-elles.

Le risque, c’est que les bonnes intentions du départ laissent la place à de grosses déceptions.

Innovation participative : collecter puis arbitrer les idées

4Définir la gouvernance et les règles du jeu de l’innovation participative

Pour que chacun comprenne le parcours d’une idée et les acteurs impliqués, la définition de règles du jeu est un impératif. Il est essentiel d’être transparent vis-à-vis des auteurs des idées, et de tous ceux qui passeront du temps à les enrichir ou à collaborer autour. Essentiel également, le soutien sans faille de la direction générale, vues les ressources à mobiliser.

Les retours d’expérience montrent qu’un système de management des idées devient indispensable (pour coordonner l’ensemble des activités engendrées) dès lors que leur nombre dépasse la cinquantaine par an.

En bref, l’innovation participative est un dispositif qui supporte très mal l’absence de transparence.

5Communiquer sur le dispositif d’innovation participative, et sur les idées !

La communication est un levier essentiel pour le succès d’une démarche d’innovation participative. Les enjeux ? Mobiliser, motiver, libérer les énergies et les talents.

Il faut d’abord faire connaître le dispositif et ses règles auprès d’un maximum de collaborateurs. Au-delà de l’impulsion, il faudra également valoriser les idées, les personnes et l’impact positif de la démarche.

Pour que l’innovation participative fasse partie, demain, de l’ADN de l’entreprise, le dispositif doit être incarné par des rendez-vous périodiques. La bonne pratique consiste à déployer la communication au travers d’activités et d’évènements récurrents, « industrialisables », tout au long de l’année : auteur du mois, idée du mois, forum annuel des innovations, newsletter trimestrielle, café de l’innovation avec les managers, présentation des initiatives remarquables en comité de direction… L’objectif ici est que l’innovation participative soit « mise sous tension ».

L’innovation participative s’installe et ne peut plus être débranchée.

Les bénéfices de l’innovation participative en entreprise

Au-delà de la performance économique et financière qu’elle génère, les avantages de l’innovation participative sont nombreux et permettent de révéler tout le potentiel d’une organisation.

L’innovation participative au soutien de la croissance

Les entreprises ne se contentent plus d’une déclinaison de la stratégie qui réduirait les salariés à de simples exécutants de chantiers stratégiques, dans une organisation rigide et incapable de s’adapter aux situations qui évoluent à un rythme effréné.

Au service de la stratégie, les démarches d’innovation participative mettent l’entreprise en mouvement grâce à l’engagement des collaborateurs et à un mode opératoire performant qui favorise la collecte, l’analyse et la mise en œuvre des idées, parfois très simples. Ces petits pas mis bout à bout peuvent avoir un impact bien plus significatif qu’un énième programme stratégique, un énième chantier de transformation. Et ces petits pas sont moins risqués et moins gourmands en investissement.

L’innovation participative permet aussi d’éviter à l’entreprise de manquer une opportunité et d’avoir à faire face à des coûts de rattrapage colossaux, voire fatals.

L’innovation participative valorise l’humain

Le capital humain est le bien le plus précieux de l’entreprise. Les collaborateurs ont des idées, leur créativité est sans limites ! Mais celle-ci ne peut s’exprimer que dans un cadre bienveillant et serein. L’innovation participative – parce qu’elle offre à chacun la possibilité d’être acteur – valorise les individus et le collectif.

L’innovation participative valorise les initiatives des femmes et des hommes qui contribuent ainsi au développement de leur entreprise.

Le cercle est vertueux :

  • Une meilleure communication et collaboration entre les équipes, et une plus grande écoute des salariés entraînent une satisfaction au travail accrue.
  • Les salariés constituent un réservoir d’idées. Ils sont les mieux placés pour identifier les problèmes et les opportunités qui les concernent !
  • L’innovation participative est aussi synonyme de fidélisation pour les salariés qui se sentent écoutés et respectés, et pour les clients auxquels elle apporte de la valeur ajoutée en continu.

Pour mettre en place dès maintenant une culture de l’innovation performante dans votre entreprise, téléchargez notre guide complet :

Culture de l’innovation : enfin le guide pour réussir !

Innovation participative : quels sont les exemples qui fonctionnent ?

De nombreuses entreprises ont saisi tout l’intérêt de déployer des démarches d’innovation participative. Elles en ont fait une stratégie, une culture et un succès.

Innovation participative : exemple chez Safran

L’innovation participative chez Safran

Parce qu’une accumulation de petites idées d’amélioration suffit parfois à faire la différence entre une usine compétitive et une qui ne l’est pas, Safran a lancé, en 2007, son programme d’amélioration continue au niveau mondial afin de booster l’innovation en incitant les salariés à proposer davantage d’améliorations.

Innovation participative à la SNCF : la démarche Léonard

L’innovation participative à la SNCF

En 2013, la SNCF a refondu sa démarche d’innovation participative désormais appelée Léonard.

Avec plus de 11 000 idées proposées chaque année par plus de 9 000 salariés, dont une sur deux est mise en œuvre avec succès, la SNCF a reçu le trophée « Or » dans la catégorie Innovation d’Excellence Opérationnelle, aux Trophées de l’Innovation Participative 2019, organisée par l’association Innov’Acteurs. L’innovation participative est, pour le fleuron français du transport, un levier de création de valeur et un élément fort de l’expérience collaborateur.

Source : sncf.com

Innovation participative Michelin : le pionnier

L’innovation participative au cœur de Michelin

Pionnier de l’innovation participative, Michelin sollicite depuis de nombreuses années ses salariés pour améliorer les produits et les conditions de travail. « Encourager l’expression d’idées par les employés » est au cœur de sa culture d’entreprise.

Quelques chiffres (année 2017) :

  • Plus de 59 000 idées de progrès émises
  • 27 275 idées concrétisées
  • Gain annuel net estimé à 24,5 millions €

Source : michelin.com

Les idées mises en œuvre permettent d’améliorer la sécurité au travail, de booster la qualité des produits et des services, de diminuer l’impact environnemental et de réaliser de substantielles économies.

L’innovation participative chez Air France

Innovation participative : l’exemple « New DIP » d’Air France

L’innovation et l’engagement des collaborateurs sont également des marqueurs de la culture d’entreprise d’Air France qui met en œuvre depuis 25 ans une démarche d’innovation participative appelée « DIP ». Faire participer les salariés à la stratégie du groupe en proposant des idées et des suggestions au sein d’une démarche bottom-up est ancré, et jugé comme essentiel.

De nombreuses démarches d’innovation participative inspirantes

Bien au-delà des déclarations stratégiques et des bonnes intentions, de nombreuses entreprises, de tous secteurs, valorisent très concrètement les initiatives des collaborateurs.

Citons encore le Groupe Aéroports de Paris, qui place l’initiative et l’audace parmi les principales qualités recherchées chez ses collaborateurs.

Sans oublier l’Armée de l’Air qui a lancé sa propre démarche d'innovation opérationnelle baptisée HAPPI :

Les outils de l’innovation participative : comment réussir la mise en œuvre ?

C’est par l’implication de la direction générale, par un réseau d’animateurs innovation (qui viendront motiver et soutenir les équipes), et par la mise en place d’un workflow efficace que passe le succès de l’innovation participative.

Faire du projet d’innovation participative un vrai projet d’entreprise, et non le pré carré d’un seul service, est clé. Car la démarche peut irriguer tous les niveaux de l’organisation, et aider dans tous les domaines.

  • Pour les équipes commerciales et marketing, l’innovation participative vise essentiellement à trouver de nouveaux marchés et débouchés, à améliorer les services et l’expérience client.
  • Au niveau des opérations sont plutôt visées l’éradication des sources d’inefficacité, l’amélioration des conditions et des postes de travail, la réduction du gaspillage et des risques, pour ne citer que les principaux résultats attendus.
  • Sur le plan de la qualité, l’innovation participative permet d’améliorer les processus et bien entendu la qualité des produits.
  • Les Ressources humaines et le management sont également en première ligne avec des idées permettant d’améliorer la qualité du travail, de renforcer la cohésion ou même la qualité des recrutements.

L’autre clé de la réussite réside dans l’outil choisi pour faciliter l’adhésion et la participation des salariés ainsi que le pilotage du management des idées. Investir dans une plateforme d’innovation participative aide à instaurer cette culture de l’innovation plus rapidement, et permet de pérenniser la démarche.

Demander une démo

Cet article publié initialement le 17 mai 2018 a été mis à jour le 22 novembre 2022.

Préférences