Matière à réflexion N°3 Janvier 2020 :
Lean et Value Stream Mapping, culture de l’innovation selon Forbes et différences entre gestion de projet et gestion de portefeuilles de projets

9 janv. 2020

Bienvenue en 2020 ! A quelle(s) activité(s) d’innovation, de transformation ou d’amélioration allez-vous contribuer au sein de votre entreprise cette année ? Savez-vous comment ces activités s’imbriqueront dans la vision à long terme ? Si dans 10 ans, votre entreprise n’existait plus, qu’aurait-t-elle raté ? La maitrise de la donnée, des nouveaux usages, un nouveau modèle économique… ?

Si vous êtes déjà engagé(e) sur tous ces sujets, alors l’idéal pour 2020 serait de ne pas laisser des choses urgentes prendre systématiquement le dessus sur les sujets importants et de réussir à retrouver davantage de marges de manœuvre dans votre quotidien. Vous pourrez ensuite définir ou rappeler les règles du jeu avec votre équipe pour profiter au mieux de toute cette intelligence collective.

Aussi, nous vous souhaitons pour 2020 plus d’exécution que d’agitation afin que chaque membre de l’équipe puisse être fier de ce qu’il a accompli : les petites victoires sont aussi bonnes à prendre, et si quelqu’un fait face à un échec, soyez alors fier de l’aider à poursuivre malgré tout.

Pour bien commencer cette nouvelle année et faire évoluer vos idées vers de nouvelles perspectives, voici le 3ème numéro de « Matière à réflexion » avec des articles dans les domaines de l’amélioration continue, de l’innovation participative et de la gestion de portefeuilles de projets.

L’actu à la une en amélioration continue

Lean management : qu'est-ce que la Value Stream Mapping ?

Lean management : qu'est-ce que la Value Stream Mapping ?

Le Lean Management est une posture consistant à s'efforcer de supprimer en permanence les gaspillages afin d'améliorer la valeur pour les clients, les collaborateurs et toutes les parties prenantes de l'entreprise.

Pour cela, la cartographie « Value Stream Mapping » est un outil très intéressant qui permet d’identifier facilement là où se situe vraiment la valeur ajoutée. On représente sous la forme d'un flux les différentes étapes d'une activité puis l’on s'interroge sur la valeur ajoutée pour le client et on y associe toutes les données disponibles et notamment le temps passé. Réalisée collectivement, cette cartographie permet à chacun de mieux comprendre l'activité dans son ensemble et d'identifier plus facilement les gaspillages. A consommer sans modération…

Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Les défis de complexité dans la transformation des entreprises

Les défis des entreprises : transformation digitale, incertitudes, complexité, accélération

Cet article nous rappelle que les exigences de compétitivité (innovation, excellence opérationnelle, transformation digitale…) ne doivent pas nous faire oublier l'essentiel :

  • Le « Pourquoi ? » : qu'est-ce qui nous pousse à agir ?
  • Le collectif : la vision est-elle partagée et comprise ?
  • La responsabilisation : est-on capable d’engager des actions rapidement à tous les niveaux de l'entreprise ?
  • La bienveillance et le sens critique : peut-on résoudre les problèmes et trouver de nouvelles opportunités avec le plus d'agilité possible ?

Les meilleurs leaders sauront ainsi positionner au mieux le curseur dans leur organisation concernant les dilemmes suivants :

  • Vision à long terme vs. exigences de résultat à court terme,
  • Approche verticale vs. fonctionnement horizontal,
  • Contrôle vs. autonomie,
  • Secret vs. transparence,
  • Planification vs. expérimentation.
Les défis de l’humain 5.0 et de l’industrie 4.0

Les défis de l’humain 5.0

D'après le World Economic Forum, l'industrie 4.0 supprimerait jusqu’à 75 millions d'emplois mais en créerait par ailleurs 133 millions selon le principe Schumpetérien de destruction, création et restructuration des emplois. De plus, on entend souvent dire que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore, alors comment imaginer la société du futur basée sur « l’humain 5.0 » et se construire dans un tel contexte ?

On parle ici d'environnement VUCA, l'acronyme de Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity en anglais. Pour s’adapter, les entreprises doivent repenser leur organisation avec une fonction RH totalement recentrée sur le capital humain en amplifiant ses « Soft Skills » et en particulier les 4 C : Critical Thinking, Creativity, Collaboration et Communication.

L’actu à la une en Innovation

Forbes : 5 façons de créer une véritable culture de l’innovation

5 façons de créer une véritable culture de l’innovation – Forbes France

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, cet article nous rappelle les 5 leviers fondamentaux pour soutenir la politique d’innovation et contribuer au succès de l’entreprise :

  • Encourager l'innovation ne se limite pas au périmètre des produits et services vendus, elle touche également les modèles économiques, les processus et l'organisation ;
  • Favoriser la prise d'initiative à tous les niveaux de l'entreprise avec de l'autonomie, de la responsabilisation et de l'intelligence collective ;
  • Savoir accepter les échecs pour mieux apprendre de ses erreurs ;
  • Définir les bons indicateurs de succès en amont pour mesurer continuellement la performance ;
  • Dépasser le stade de l'agitation et penser davantage « exécution ».

Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Bien définir les objectifs de l’innovation

Avant d’innover, définissez vos objectifs !

Dans la continuité de l’article précédent, celui-ci nous questionne sur les enjeux stratégiques auxquels l’innovation doit répondre. Une question qui n’obtient pas toujours des réponses claires alors qu'elle est essentielle pour valider la trajectoire des efforts en cours et surtout éviter les risques de déception. Mais pour définir le « comment », il faut commencer par comprendre le « pourquoi » et s’interroger sur son profil d’innovateur :

  • Le « dérisqueur » qui se concentre sur les innovations incontournables,
  • Le « différenciateur » qui lance quelques innovations dont la visibilité profite à son image de marque et ainsi à toutes ses activités,
  • Le « performeur » pour qui les dernières technologies sont au cœur de ses activités et contribuent à les améliorer drastiquement,
  • Le « game-changer » qui n’hésite pas à transformer le paysage en redéfinissant les modèles et les usages.
Challenge Innovation et engagement des collaborateurs

Challenge innovation : profitez du partage d’idées pour renforcer l’engagement des collaborateurs

De plus en plus d’entreprises font le choix de l’innovation ouverte et participative. Est-il possible de s’appuyer sur ces démarches pour améliorer l’engagement des collaborateurs dans toute l’organisation ? C’est en tout cas la promesse affichée par les challenges innovation ou appels à idées.

Si ce mode d’innovation participative est largement plébiscité aujourd’hui, c’est parce que ses résultats en termes de génération d’idées sur des thématiques ciblées sont indiscutables et que les bénéfices sur l’engagement des collaborateurs le sont tout autant. Pour cela, le challenge innovation doit être préparé dans les règles de l’art si l’on veut que le succès soit au rendez-vous. Cet article liste les 4 grandes étapes à suivre et les exemples réussis en la matière dont vous pourrez vous inspirer.

L’actu à la une en gestion des portefeuilles de projets

Les différences entre gestion de projet et pilotage de portefeuilles de projets

Gestion de projet ou gestion de portefeuilles de projets : quelles différences ?

Avec la multiplication des projets de transformation dans les organisations, on entend souvent parler de gestion de projet et de gestion des portefeuilles de projets ou « PPM » (Project Portfolio Management) sans que la distinction soit forcément très claire. L’imaginaire collectif nous pousserait même parfois à croire qu’il s’agit de la même chose alors que ce sont bien 2 notions différentes. Si le premier a pour objectif de mener à bien un unique projet, l’autre permet de fédérer toutes les énergies autour d’une démarche rationnalisée afin de mener l’ensemble des projets à bien et donc de réussir une transformation plus globale. Cet article nous rappelle combien il est important de faire converger la stratégie de transformation avec l’opérationnel du quotidien.

Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Maîtriser les enjeux numériques pour suivre l’accélération digitale

Votre capacité d'adaptation à l'accélération digitale est liée à votre maitrise des enjeux du numérique

La transformation digitale est un changement qui agit en profondeur. Il est donc important que les collaborateurs comprennent les enjeux du numérique à tous les étages de l'entreprise avant de se lancer… On revient ainsi toujours sur le même principe du « Pourquoi avant le comment ».

Si les réseaux sociaux, les terminaux mobiles et les services locaux ont été les héros de ces 10 dernières années, la prochaine décennie s’oriente inexorablement vers le Cloud, le Big Data et l’avènement de l’Intelligence Artificielle. Les entreprises qui n’auront pas achevé leur transformation autour des 3 leviers de la dernière décennie risquent de se retrouver avec une dette numérique colossale.

Cet article nous rappelle donc de manière très concrète que la transformation digitale n'est plus une option si les entreprises veulent « s’adapter plus rapidement à un environnement concurrentiel qui ne fait pas de prisonniers »…

Project Management: Getting Your Team to Do More Than Meet Deadlines

Getting Your Team to Do More Than Meet Deadlines

Cet article nous montre à quel point nous avons tendance à nous laisser déborder pour traiter en priorité les choses qualifiées d'urgentes au détriment de sujets de fond plus importants mais nécessitant davantage d’analyse, de partage de retours d'expérience et des moments de créativité dont le délai est généralement plus long.

Un phénomène décrit comme le « mere urgency effect » : moins les personnes ont de temps disponible, plus la notion de priorité dans le choix des actions à mener prend le dessus sur l'importance des enjeux. Une des recommandations pour les ressources engagées sur différentes activités (opérations quotidiennes + projet d'innovation + projet SI) consiste à bloquer des créneaux dans sa semaine dédiée aux activités importantes non urgentes. On retrouve ainsi le principe des rites qui permet de toujours rappeler les sujets importants pour que les exigences du quotidien ne nous fassent pas oublier l'essentiel à plus long terme.